Journée internationale de la diversité biologique : un jour pour réitérer le plaidoyer sur la reconnaissance juridique des Aires et territoires du Patrimoine Autochtone Communautaire (APACs)

By Lamine Diagne

Le dimanche 22 mai 2022 marquera la célébration de la journée internationale de la diversité biologique dont le thème consensuel est : « Bâtir un avenir commun à toutes les formes de vie ». Des fresques aux articles scientifiques les plus élaborés pour donner corps à cette thématique, les acteurs soucieux de la préservation de l’environnement se greffent à cette journée mémorable pour redonner à la biodiversité ses lettres de noblesse.

Cet « élan vert » se justifie face à d’innombrables phénomènes qui érodent la diversité biologique, les gènes associés à celle-ci et leurs habitats naturels. Au premier rang de ces phénomènes, il y a lieu de souligner, sans risque de se tromper, la lancinante question des variations climatiques avec ses effets pervers pour le bien-être des écosystèmes et /ou des territoires de vie.  A cela, s’ajoute l’exploitation des ressources minéralières le phénomène d’accaparement des Terres à Grande Echelle (ATGE), la criminalité faunique et floristique et in fine l’incohérence des politiques publiques de développement des Pays du nord comme ceux du Sud.

Pourtant, la biodiversité, ne serait-ce que  par les éléments qui fondent sa substance, constitue le point nodal de la vie sur terre, à tout le moins du maintien de l’espèce humaine sur terre. Selon l’Organisation des Nations Unies (ONU) : « La biodiversité offre en outre d’innombrables services, tant au niveau local que mondial. Les poissons assurent 20 % de l’apport protéique à environ trois milliards de personnes. Plus de 80 % de l’alimentation des êtres humains est assurée par des plantes. Près de 80 % des habitants des zones rurales des pays en développement ont recours aux médicaments traditionnels à base de plantes pour les soins de base».

Devant ce tableau sombre dressant un capital naturel moribond, les Etats sont dans l’urgence de consentir énormément d’efforts tant du point de vue politique que juridique pour sauver le reste. En ce sens, moult conventions et cadres ont été mis en place, des réunions et des conférences réunissant des experts pour se pencher sur la problématique de la perte de la biodiversité. Mais, jusque-là, la solution semble être énigmatique. D’antan, la biodiversité a toujours fait l’objet de protection, de préservation et de conservation. Comment a-t-on fait pour trouver cette biodiversité ne serait-ce qu’à l’état fragmentaire ? Quelles étaient les technologies qui utilisées en vue de leur préservation…Fussent-ils des plus rudimentaires? Existaient-ils des modèles, des pratiques et des savoirs traditionnels éprouvés en matière de conservation et de préservation des écosystèmes? Comment comptons-nous maintenir et ou préserver l’existant en biodiversité pour les générations futures ? Autant de questions, qui peuvent toutes trouver réponse dans une réponse unique !!! Les APACs communément appelées territoires de vie sont nécessaires voire impératives.

Expliciter un peu la philosophie des APAC

Malgré leur importance, évidente du reste, les APACs au Sénégal souffrent d’un manque de reconnaissance juridique. Cette situation est de nature à fragiliser son statut et ne conforte pas les communautés dans leur rôle d’entités protectrices de la biodiversité.

Les partisans de l’orthodoxie administrative qui pensent que reconnaître législativement les APACs serait de nature à concurrencer les Aires/Réserves créées par l’Etat, nie souvent sans le savoir, tout droit aux communautés gardiennes sur le foncier, sur les ressources naturelles et génétiques. Les communautés du fait des liens cultuels, culturels et ancestraux qui les associent au milieu naturel, contribuent naturellement à la protection de l’environnement. Pour elles, protéger le milieu naturel c’est promouvoir l’équilibre cosmique, la santé, le bien-être et la tranquillité des aïeux qui, même sous terre, sont honorés par la sauvegarde de leur mémoire à travers la conservation des territoires de vie. Ce mode de conservation et de protection des écosystèmes terrestres comme maritimes se faisait à travers des rites, des offrandes, des cérémonies traditionnelles, des interdits par la totémisation ethnique ou territoriale d’espèces de tout genre.

En sus de ce mysticisme entre les communautés gardiennes et leurs territoires de vie, les APACs offrent une batterie de services écosytémiques ligneux, non ligneux. Ce qui fait qu’elles contribuent substantiellement à l’amélioration du cadre vie des populations autochtones. Ces dernières étant, pour la plupart, en marge des politiques publiques de développement. Au Sénégal, 26 APACs sont recensées et cartographiées par l’Association Nationale des APACs.

Elles sont réparties sur tout le territoire national et abritent des milliers des personnes tirant directement leurs moyens de subsistance à partir des services écosytémiques. Ces populations ont hérité des mécanismes de gouvernance et de gestion coutumière basées sur une exploitation de subsistance rationnelle et durable. Le pouvoir de décision appartient exclusivement aux assemblées communautaires qui, de manière démocratique organisent leur système de gestion. Cependant, cette manière de faire n’est pas toujours en phase avec le droit positif d’héritage colonial. Elle peut être à l’origine de conflit entre les commis de l’Etat et les communautés gardiennes. D’où l’urgence d’intégrer impérativement et systématiquement les communautés dans les processus de réforme juridique et d’écouter attentivement leurs voix à l’aune des principes du consentement libre, préalable mais aussi éclairé.    

Dès lors, il y a lieu d’accepter la reconnaissance juridique nationale et internationale des droits des communautés gardiennes sur leurs terres ainsi que les écosystèmes qui y sont associés. Tel est le travail que mènent les organisations de la société civile telles que Natural Justice, Action pour la Justice Environnementale à l’échelle africaine. Un tel plaidoyer mérite aujourd’hui l’onction des pouvoirs publics en général et des élus en particulier pour une reconnaissance juridique effective des APACs dans le but de promouvoir  le bien-être des communautés gardiennes et l’épanouissement de la biodiversité à l’échelle planétaire.

Ainsi, l’appel est lancé, à la communauté internationale de se solidariser avec les communautés gardiennes des APACs pour façonner les lois et mieux affirmer leurs droits.

21 May 2022

Related News

Scroll to Top

Sign up to Natural Justice!

Receive our quarterly newsletter or get blog updates. Easily unsubscribe at any time.